Le Noël du Navet

Un couple de jeunes parents commence à ressentir la magie de Noël après une 3e bouteille de vin

20 décembre 2015
cadeau
«C’est vrai qu’il y a quelque chose de magique pendant cette période de l’année», a balbutié la femme alors que son taux d’alcoolémie était plus du double de celui de la limite légale pour conduire. − Crédit image : Brendan DeBrincat

Écrasés dans le divan du salon après être parvenus de peine et de misère à endormir leur poupon, un jeune couple de la région de Montréal a enfin commencé à ressentir les effets de la magie de Noël hier après avoir terminé la troisième bouteille de vin rouge de la soirée, a appris Le Navet.

Les deux jeunes adultes au regard fatigué et au teint livide ont en effet été submergés par l’énergie revigorante si typique du temps des Fêtes alors qu’ils s’enfilaient chacun leur neuvième coupe de Syrah rouge d’après-souper, selon nos sources.

«C’est vrai qu’il y a quelque chose de magique pendant cette période de l’année, a balbutié la femme alors que son taux d’alcoolémie était plus du double de celui de la limite légale pour conduire. Je me sens émerveillée et joyeuse, comme si je retrouvais mon coeur d’enfant.»

Le couple, qui enchaîne les soupers de famille et les séances de magasinage depuis une semaine tout en prenant soin d’un adorable enfant en bas âge, a rapporté avoir été happé par la féérie de Noël au moment précis où leur vision est devenue embrouillée par l’alcool.

«Dans le fond, on n’a pas besoin de grand chose pour être heureux, a enchaîné l’homme en titubant maladroitement vers la cuisine pour se verser un doigt de whisky. Être ensemble, bien au chaud dans notre maison, et regarder le feu de foyer complètement torchés et avec un début d’un solide mal de tête me suffit amplement.»

Au moment de mettre en ligne, la magie de Noël causait d’importants reflux gastriques dans l’oesophage des jeunes parents.


Inscrivez-vous!
Éducation

Compressions : les 450 000 élèves du Québec seront rassemblés dans une seule classe

3 septembre 2015
14033211423_3edb01d524_k
«Ça nous permettra d’économiser des millions de dollars par année, et ce, sans toucher les services fournis aux enfants.» − Crédit image : Ryan Smith

Alors que les compressions continuent de s’accumuler dans le système d’éducation québécois, les 450 000 élèves de niveau primaire et secondaire ont appris ce matin qu’ils seront bientôt rassemblés au sein d’une seule et même classe menée par un professeur et une éducatrice spécialisée embauchée à temps partiel.

«Ça nous permettra d’économiser des millions de dollars par année, et ce, sans toucher les services fournis aux enfants», s’est félicité le ministre de l’Éducation, François Blais.

Afin de garantir une éducation de qualité, le professeur en charge de l’ensemble des écoliers de la nation québécoise aura droit aux services d’une éducatrice spécialisée qui sera présente un lundi sur deux de 9h à 10h, a poursuivi le ministre. «Un porte-voix, une machine acétate qui marche mal et un écran télé de 40 pouces lui seront aussi gracieusement fournis », a-t-il assuré.

La classe en question sera installée dans l’enceinte principale du Stade olympique, à Montréal. Or, comme il ne s’y trouve que 50 000 sièges, une annexe en bois mal isolée et sans chauffage sera construite aux abords de l’édifice afin d’y entasser les élèves. Toutes les sorties éducatives consisteront d’ailleurs en une visite guidée du mât.

Au moment de mettre en ligne, un enfant de 5 ans d’Hochelaga se faisait refuser une place et devait s’inscrire dans une école du Delaware.




Vie de famille

Des parents créent un groupe Facebook pour échanger des trucs sur la meilleure façon de mépriser les autres parents

1 septembre 2015
9386166498_f4a3cd44c8_o
«La seule règle, c’est qu’il faut être respectueux dans nos vacheries.» − Crédit image : Maria Elena

Afin de briser la routine et la monotonie du quotidien, un centaine de jeunes parents québécois ont lancé sur Facebook un groupe de discussion afin de partager les meilleures façons de porter des jugements bourrés de mépris envers les parents qui n’adhèrent pas à leurs valeurs.

«En tant que nouveau papa, je suis assailli de questions, explique l’un des fondateurs. Ça fait du bien de savoir que je ne suis pas le seul à chercher des façons créatives d’injurier et d’humilier publiquement ceux et celles qui ont d’autres opinions que moi sur la bonne façon d’élever un enfant.»

Le groupe, déjà immensément populaire, est réservé aux parents parfaits qui ne commettent jamais aucun écart de conduite et qui savent parfaitement comment les enfants des autres devraient être élevés.

«On passe nos journées à s’occuper de nos poupons, alors quand le soir arrive, ça fait du bien de se rassembler entre adultes pour bitcher sur l’imbécile qui ne donnait pas assez d’eau à son bébé au parc Laurier hier après-midi, raconte une maman. Ça brise la solitude.»

Tous les sujets sont permis au sein du groupe, que ce soit les meilleures insultes à lancer à un père qui ne pratique pas le cododo ou la dénonciation outrée d’une éducatrice de CPE qui a regardé son cellulaire pendant deux secondes alors qu’elle se promenait avec le poupon-bus.

«La seule règle, c’est qu’il faut être respectueux dans nos vacheries», dit un membre.

Au moment de mettre en ligne, un schisme survenait au sein du groupe entre ceux qui prônent l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans et ceux qui préfèrent attendre jusqu’à 2 ans et demi.