Humour

Les Olivier : Radio-Canada dévoile une liste de 15 mots autorisés pendant les sketchs

14 mai 2016
image
"L'idéal serait que le gala se déroule en silence et qu'aucun mot ne soit prononcé, mais nous sommes prêts à faire notre bout de chemin", précise le diffuseur.

Accusée de censure à la veille du gala Les Olivier, la direction de Radio-Canada s’est vigoureusement défendue ce matin en dévoilant publiquement une liste « exhaustive » de 15 mots pré-approuvés que les humoristes pourront utiliser pendant leurs sketchs et remerciements.

« Nous allons généreusement permettre aux artistes de choisir eux-mêmes les mots qu’ils préfèrent parmi les quinze sélectionnés par nos avocats, ce qui prouve que nous avons à coeur la protection de la liberté d’expression », a expliqué la société d’État par voie de communiqué.

La liste, qui a été révisée pendant six mois par quatre cabinets de juristes, inclut les mots « merci », « bonheur », « joie », « content », « heureux », « homogène » et « consensuel ». Le document ajoute toutefois qu’un humoriste qui voudrait affirmer « Merci pour ce bonheur » devra avertir le diffuseur à l’avance afin « d’éviter toute ambïguité ».

« L’idéal serait que le gala se déroule en silence et qu’aucun mot ne soit prononcé, mais nous sommes prêts à faire notre bout de chemin », précise le diffuseur.

Au moment de mettre en ligne, Radio-Canada changeait le nom du gala pour ne pas déplaire aux gens qui s’appellent Olivier.


Inscrivez-vous!
Médias sociaux

Marilou annonce qu’elle se grattera une oreille, la twittosphère s’enflamme

14 juillet 2015
ear
L'oreille de la discorde − Crédit image : Travis Isaacs

Une véritable frénésie s’est emparée des réseaux sociaux ce matin lorsque la populaire blogueuse culinaire Marilou a annoncé qu’elle se gratterait bientôt l’oreille gauche, un aveu controversé qui relance de plus belle le débat sur les techniques les plus efficaces pour soulager les démangeaisons de l’organe auditif.

«Ça me pique. Je vais utiliser mon auriculaire pour régler ça», a-t-elle lancé, un brin provocante.

Sur Twitter et Facebook, les réactions ont vite fusé. Si plusieurs ont applaudi le «courage» et le «modèle» que représente la jeune femme, d’autres ont plutôt accueilli la nouvelle avec sarcasme.

«On sait bien, elle est toujours parfaite! #grattetoicommeMarilou», a ironisé un homme.

Le copain de Marilou a eu tôt fait de répondre au concert de critique, indiquant notamment que se gratter l’oreille était «un choix personnel». «Il ne s’agit pas de convaincre les gens du bienfait des démangeaisons, mais simplement de donner un exemple d’un grattage réussi», a-t-il écrit.

Invitée à toutes les émissions de Radio-Canada pour parler de cet épisode, Marilou a expliqué qu’elle avait compris très jeune qu’elle ne pouvait pas plaire à tout le monde. «Je me suis souvent fait regarder croche parce que je me grattais l’oreille dans un party, mais aujourd’hui, je m’assume totalement», a-t-elle expliqué.

Au moment de mettre en ligne, Marilou relançait le débat en éternuant.




Justice et faits divers

La Soirée est (encore) jeune : Jean-Sébastien Girard retrouvé ligoté au fond d’une ruelle d’Hochelaga

1 juin 2015
132469
Girard était en train de concocter une recette de Cheez Whiz et biscuits soda lorsque les voyous ont fait irruption chez lui. − Crédit image : Radio-Canada

Ce qui devait arriver arriva. Un commando formé de représentants du quartier Hochelaga a kidnappé ce matin Jean-Sébastien Girard, l’un des coanimateurs de la populaire émission La Soirée est (encore) jeune, afin de le forcer à côtoyer la faune locale sans protection sanitaire et de l’abandonner au fond d’une ruelle jouxtant la Belle Province de la rue Sainte-Catherine.

«Il a fini de rire de nous autres dans ses chroniques, a expliqué l’un des ravisseurs après le méfait. Astheure, il est en route vers sa première raclée!»

Girard était en train de concocter une recette de Cheez Whiz et biscuit soda lorsque les voyous ont fait irruption chez lui, brisant ses coffrets DVD de Cormoran et déchirant une photo de sa mère afin de l’intimider. L’animateur a ensuite été conduit sur la Promenade Ontario, où il a été forcé de serrer la main de badauds et de se faire prendre en photo par la plèbe, un sourire visiblement forcé accroché aux lèvres.

Les kidnappeurs ont ensuite rempli la besace de leur victime de toiles du Café Graffiti et de vieux livres Harlequin dénichés au Renaissance du boulevard Pie-IX avant de l’obliger à chanter le thème de la météo pendant trente minutes.

Au moment de mettre en ligne, les ravisseurs exigeaient une rançon de «plusieurs gratuités».