Vies virtuelles

Étude: Les internautes exigent davantage de noms d’usager et de mots de passe à mémoriser

7 juin 2013
password
Crédit image : marc falardeau

Indiquant que leur vie quotidienne manquait d’action, tous les Québécois actifs sur le net désirent ardemment qu’on leur impose de mémoriser encore plus de mots de passe, de NIP, de questions secrètes et de noms d’usager, selon une étude.

«J’ai à peine quatorze combinaisons usager/mot de passe différents, s’est plaint l’une des personnes interrogées. Même si j’ai fait attention de ne pas utiliser le même password partout, le défi n’est pas assez grand pour ma mémoire. J’ai besoin de me confronter à une véritable épreuve!»

«Quand est-ce que les développeurs web vont enfin penser aux gens ordinaires et leur offrir un minimum de cinquante comptes différents à gérer? s’est offusqué un autre. Visiblement, ces geeks ne comprennent rien à la joie immense qui nous envahi chaque fois qu’on doit passer deux heures à chercher sur des post-it partout dans la maison pour trouver le code de notre compte Instagram. Pour moi, c’est comme une chasse au trésor, une aventure, une quête! C’est méchant de leur part de nous priver d’une telle exaltation.»

Le peuple a aussi affirmé qu’il attend avec impatience le jour où même les sites à potins et les agrégateurs de contenus ne laisseront personne lire leur matériel sans préalablement créer un compte et fournir un mot de passe de dix caractères avec chiffres et symboles. «J’irai sur le Huffington Post la journée où on me fera perdre 45 minutes à fouiller mes courriels à la recherche d’une confirmation d’inscription datant d’il y a deux ans, a commenté un internaute. D’ici là, ils peuvent ben s’étouffer avec leur convivialité et leur facilité d’accès.»

«Est-ce vraiment si compliqué pour un site comme Météomedia de m’obliger à remplir un formulaire de deux pages et à leur donner un numéro de téléphone pour activer la vérification en deux étapes avant de savoir combien il fait dehors? a renchéri un autre. S’ils savaient à quel point ça m’aiderait à passer une meilleure journée!»

Au moment de mettre en ligne, un énorme sourire de satisfaction se dessinait sur le visage d’un homme de Montréal après qu’iTunes lui eût demandé le nom du premier chien de sa grand-mère paternelle pour confirmer l’achat d’une chanson de Guns N’ Roses. «Enfin, un peu d’action ici-dedans!» l’a-t-on entendu célébrer tandis qu’il faisait claquer ses mains et roulait ses manches tel un aventurier.


Inscrivez-vous!