Art et politique

Les graffitis politiques doivent être clarifiés, dit un passant

4 juin 2013

Les graffitis politiques qui tapissent les murs de la ville gagneraient à exprimer un message intelligible s’ils aspirent à être compris, estime un passant.

«Regardez celui-là. J’ai beau le relire, je comprends pas ce qu’on veut me dire ici», a pesté le passant lorsqu’il a rencontré un graffiti au libellé suivant: “mes taxes tes taxes grève-corruption”.

«Attends là, s’est exprimé le passant. Mes taxes sont les miennes ou les tiennes? Est-ce que la corruption est en grève, ou la grève est une forme de corruption? Faudrait-il faire la grève et se prêter au jeu de la corruption pour dénoncer les taxes? Je veux bien obéir au punk qui a écrit ça, mais j’suis perdu là.»

Ce graffiti repéré sur le Plateau Mont-Royal soulève bien des questions et de nombreuses personnes s’y arrêtent quotidiennement pour débattre de sa signification. «Le pire, c’est que je passe devant chaque jour, mais je suis pas encore sûr de ce que l’auteur entend exprimer, ajoute le passant. Si vous comprenez, dites-le-moi, mais il me semble que pour avoir une réelle portée de tels messages gagneraient à être clarifiés. Si c’est trop confus, comment voulez-vous qu’on passe collectivement à l’action?»

Au moment de mettre en ligne, le passant admettait enfin son ignorance en la matière : «Ok, je suis pas un spécialiste. C’est vrai que je détiens juste une maîtrise en relations internationales, pas en sciences politiques. Il y a certainement quelques subtilités qui m’échappent sur la relation de pouvoir que l’on veut tracer ici.»


Inscrivez-vous!