Police politique

Arrestations politiques arbitraires au centre-ville

15 mars 2013
arrestation
Crédit image : Thomas Hawk

Même s’il n’a jamais voté ou participé à une quelconque activité partisane de sa vie, un jeune homme clame avoir été victime ce soir d’une « arrestation politique », aujourd’hui au centre-ville de Montréal.

Le manifestant, qui n’a pas voulu être identifié pour ne pas « être fiché par les agents provocateurs à la solde du gouvernement mafieux », a expliqué au Navet qu’il exerçait tout bonnement son droit de citoyen en lançant des briques quand il a été « ciblé par le SSPVM ».

« J’étais en train de défoncer pacifiquement la vitrine d’une banque néo-colonialiste pour promouvoir l’idée d’une taxe sur le capital quand la police politique a procédé à des enlèvements ciblés de dissidents. Une vraie Gestapo, de vrais SS! a dit l’étudiant en histoire spécialisé dans les grands conflits du XXe siècle. Depuis quand les opinions divergentes, la prise de parole et les cocktails Molotov lancés au milieu du centre-ville sont-ils interdits? La démocratie est morte et enterrée à mes yeux. »

Celui qui se considère comme une victime du système capitaliste répressif a informé la population qu’il comptait entreprendre plusieurs actions radicales dans les jours à venir, notamment en publiant un statut Facebook avec le slogan « Police partout, justice nulle part ».

Au moment de mettre sous presse, le jeune homme venait de tweeter “Flics, porcs, assassins… libérez les chevaux! #manifencours”, provoquant la panique dans les rangs du bras armé du grand capital.


Inscrivez-vous!