Fête des patriotes

Le chef patriote Louis-Joseph Papineau ressuscite et fond en larmes en voyant ce qu’est devenu Saint-Eustache

20 mai 2013
papineau

Revenu d’entre les morts à l’occasion de la Fête des Patriotes ce lundi, le célèbre chef Louis-Joseph Papineau a fondu en larmes en voyant ce qu’était devenue la ville de Saint-Eustache, selon plusieurs témoins.

M. Papineau, qui a lutté toute sa vie aux côtés de ses frères d’armes pour offrir l’émancipation au peuple québécois, a été choqué de constater à quel point cet ancien bastion révolutionnaire s’est métamorphosé en une banlieue-dortoir conformiste. «Y’a juste des mini-centres d’achat pis des bars fréquentés par des mineurs, a-t-il marmonné en parcourant les rues embouteillées aux alentours du Wal-Mart sur Arthur-Sauvé. On dirait Cornwall!»

«Non, non, non! s’est ensuite emporté l’homme d’État en découvrant l’immense marché aux puces jouxtant l’autoroute 640. Qu’est-ce que c’est ça? Diantre…» Marquant une pause et essuyant du revers de la main les chaudes larmes s’écoulant de ses yeux, M. Papineau a sangloté: «On s’est-tu vraiment battu pour ça?»

Celui qui a failli renverser le joug de la Couronne britannique s’est aussi offusqué des loisirs pratiqués par la jeunesse de Saint-Eustache. «Ça passe son temps à faire du drifting à l’autodrome avec sa Civic montée en écoutant du Rihanna pis en traitant tout le monde de gros! a-t-il vociféré. À leur âge, j’avais déjà organisé trois soulèvements et dix lectures publiques de manifestes anti-monarchistes. Bande de colonisés!»

Au moment de mettre en ligne, Louis-Joseph Papineau retournait dans sa tombe après avoir appris l’existence du Quartier Dix30. «Avoir su, j’aurais laissé les Anglais tranquilles», a-t-il laissé tomber.


Inscrivez-vous!