Toronto

Rob Ford ne laissera pas les gauchistes radicaux et sa dépendance au crack ruiner son mandat

17 mai 2013
ford
Crédit image : West Annex News

Le maire de Toronto Rob Ford a indiqué ce matin qu’il «ne laissera pas la gau-gauche, les écolos et une furieuse dépendance au crack» ruiner son mandat.

En entrevue exclusive au Navet, M. Ford a commencé par blâmer les «idéologues» qui l’empêchent selon lui de gouverner la ville selon le mandat confié par ses citoyens. «Que l’on me comprenne bien: hormis les insultes homophobes et racistes que j’ai proférées ainsi que ma propension à fumer du crack cocaine au milieu de l’après-midi en compagnie de revendeurs de drogue, rien ne peut justifier qu’on s’attaque à mon intégrité», a plaidé celui qui tient les rênes de la plus grande ville du Canada.

«Je tiens donc à réaffirmer devant vous aujourd’hui que rien ne m’empêchera de travailler pour les citoyens payeurs de taxes qui m’ont élu, a-t-il poursuivi. Ni les syndicats, ni les groupes de pression, ni la manie que j’ai de m’exploser la tronche en reniflant les effluves d’un bong en compagnie de petits bums de ruelle», a-t-il expliqué.

Suggérant que ses adversaires politiques sont de «mauvaise foi», le maire a enchainé en expliquant comment les critiques lui font de la peine. «Un maire qui travaille fort chaque jour l’échappe une seule fois en se droguant devant une caméra et en envoyant chier les minorités culturelles, et tout à coup, il n’est plus apte à gouverner? s’est-il questionné. Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans ce puritanisme.»

M. Ford s’est ensuite défendu en suggérant qu’il n’était pas certain que fumer du crack sur les heures de travail soit illégal en Ontario. «Regarde là, j’ai pas le temps de lire TOUTES les lois, mais j’suis pas sûr que ce soit vraiment interdit», a-t-il dit, même après que notre journaliste lui ait pointé du doigt à plusieurs reprises l’article pertinent dans le Code criminel canadien.


Inscrivez-vous!