Conflit social

L’Union des démagogues de droite supplie les carrés rouges de poursuivre la grève

3 avril 2015
kl
«Sérieux, si la fille d’Amir Khadir pouvait se faire arrêter en train de peintre un graffiti sur un mur de l’UQAM, ce serait vraiment parfait.» − Crédit image : Laurel Russwurm

Alors que s’essouffle le mouvement de grève des carrés rouges, l’Union des démagogues de droite du Québec a supplié ce matin les associations étudiantes de prolonger leur grève et les manifestations qui tournent au vinaigre pour encore quelques semaines.

«On a rarement eu autant de matériel pour enrager nos auditeurs sur une base quotidienne que depuis deux semaines, a expliqué un porte-parole. Plusieurs de nos membres ont encore une énorme réserve d’insultes et de stunts populistes : si la grève se termine, nous avons peur que tout ce beau matériel soit gaspillé.»

L’Union a cité en exemple un animateur de radio de Québec qui avait prévu lancer un concours intitulé «Avec quel gaz irritant aimeriez-vous arroser les carrés rouges?». Un autre attendait une arrestation de masse au centre-ville de Montréal pour faire une comparaison avec Bagdad en 2004. «Ce serait dommage de perdre ça», a expliqué le porte-parole.

Par ailleurs, un retour à la paix sociale signifierait la perte de plusieurs dizaines de parts de marché pour les membres de l’Union des démagogues, qui rassemble des marchands de peur, des alarmistes certifiés et des représentants des jeunes hommes blancs fâchés.

«Sérieux, si la fille d’Amir Khadir pouvait se faire arrêter en train de peindre un graffiti sur un mur de l’UQAM, ce serait vraiment parfait. On roulerait là-dessus jusqu’à la fin de l’été, et on fesserait sur les fonctionnaires syndiqués dès l’automne.»

Au moment de mettre en ligne, des membres de l’Union infiltrait des assemblées générales de l’ASSÉ pour proposer une poursuite de la grève.


Inscrivez-vous!