Toxicomanie pétrolière

Harper en désintox pour combattre une dépendance aux sables bitumineux

16 mars 2015
6362933357_c8aee620b0_b
Le pusher du premier ministre a refusé de commenter. − Crédit image : katsrcool

Après avoir été surpris à la Chambre des communes en train de s’injecter une forte dose de pétrole albertain, le premier ministre Stephen Harper a été admis en cure de désintoxication ce matin pour régler un problème de dépendance aux sables bitumineux, a annoncé son bureau.

«Le premier ministre a été pris en charge aujourd’hui à Fort McMurray par des spécialistes en toxicomanie pour traiter la situation, a indiqué son attaché de presse dans un courriel envoyé au Navet. Il sera de retour en poste dès que sa thérapie d’énergie verte et d’exposition aux éoliennes sera complétée.»

Il est de notoriété publique que M. Harper combat depuis plusieurs années une violente dépendance aux hydrocarbures. Ce qui a commencé par un usage récréatif de baril de Brent léger a dégénéré en abus de pétrole sale, selon de proches collaborateurs. Depuis quelques mois, la situation était devenue invivable, le premier ministre n’hésitant pas à construire des pipelines sur ses avant-bras pour obtenir sa dose quotidienne.

Rappelons que l’abus d’or noir – une drogue peu dispendieuse et facile à trouver sur la rue – est un véritable fléau dans notre société. Une récente étude a démontré que 97 % des citoyens en font un usage hebdomadaire, et que les habitants de la banlieue y sont presque tous accros.

Au moment de mettre en ligne, M. Harper s’enfuyait du centre de désintox et était surpris à boire de l’essence à même la pompe d’une station-service.


Inscrivez-vous!