Politique québécoise

Marois promet de respecter au moins une promesse d’ici la prochaine élection

7 mai 2013
promesse

Après avoir essuyé un enième recul de son gouvernement, cette fois-ci sur la question des redevances minières, la première ministre du Québec Pauline Marois s’est engagée solonellement aujourd’hui à «essayer de faire [s]on possible pour respecter au moins une promesse d’ici la prochaine élection provinciale».

En entrevue éditoriale avec Le Navet, Mme Marois a estimé «qu’il y avait sûrement moyen» de retrouver dans le programme de 2012 «quelque chose de réaliste». La première ministre a en effet indiqué qu’elle a «bon espoir de réaliser pleins de promesses maintenant que Daniel Breton est expulsé du conseil des ministres et qu’Agnès Maltais a arrêté de se prendre pour René fuckin Lévesque».

Tout en tournant frénétiquement les pages d’un carnet intitulé Promesses électorales et en s’essuyant nerveusement le front avec le dos de sa main gauche, la leader souverainiste a enchaîné: «On avait promis de redonner la fierté aux Québécois… de travailler pour un avenir inclusif… d’inspirer les générations d’hier et d’aujourd’hui… a indiqué Mme Marois. Ça compte-tu des affaires de même? Ou ça prend vraiment des projets concrets?»

Appelée à commenter plus spécifiquement le nouveau régime de redevances minières dévoilé par son gouvernement hier, Mme Marois a profondément soupiré : «Je vous raconterai pas de menteries, cette réforme-là contrevient à absolument tout notre argumentaire sur le sujet, a-t-elle laissé tomber. Quand j’en ai pris connaissance, je me suis dit: “C’est-tu juste ça qui nous reste?”»


Inscrivez-vous!