Négociations dans la fonction publique

Couillard offre aux fonctionnaires trois claques dans la face étalées sur cinq ans

5 décembre 2014
couillard
Le premier ministre a rappelé que les fonctionnaires n'avaient pas été maltraités physiquement depuis 2003. − Crédit image : Climate Group

Affirmant vouloir garder le cap sur le déficit zéro, le gouvernement Couillard a répondu aux demandes des syndicats des travailleurs de la fonction publique ce matin en proposant trois claques dans la face étalées sur une période de cinq ans.

«Les contribuables s’attendent à ce que leur argent soit géré de façon responsable», a affirmé le premier ministre en rappelant que les fonctionnaires n’avaient pas été maltraités physiquement depuis 2003.

Les syndicats avaient initialement formulé une «position de négociation» consistant en deux violents coups au visage étalés sur une période de huit ans, et exigé que l’accélération du bras gouvernemental en direction de leur joue ne dépasse pas l’Indice des prix à la consommation, une demande aussitôt refusée par Québec.

Selon nos sources au Conseil des ministres, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, avait également fait pression pour que les claques soient accompagnés de coups de pied au cul, une position qui aurait été jugée trop difficile à vendre politiquement.

Au moment de mettre en ligne, une manifestation organisée par le syndicat devant l’Assemblée nationale ne changeait rien pantoute.


Inscrivez-vous!