Sondes baladeuses

La sonde Rosetta découvre un endroit dans l’Univers où le harcèlement sexuel n’existe pas

13 novembre 2014
comete
Cette comète demeure exempte d'harcèlement sexuel.

Une percée scientifique d’ampleur historique a été réalisée ce matin par les astronomes de l’Agence spatiale européenne alors qu’une sonde envoyée dans l’espace il y a dix ans a découvert sur une comète un espace de deux kilomètres carrés où absolument aucun harcèlement sexuel ne s’est produit depuis sa formation il y a 4,6 milliards d’années.

«Les données préliminaires indiquent que la comète Tchouri est composée à 89% de soufre, 11% d’hydrogène et 0% de commentaires déplacés sur l’apparence physique des femmes, s’est étonné un scientifique. Pour des physiciens comme nous, c’est comme trouver le Saint-Graal.»

Les différents modèles théoriques de la physique moderne prévoient en effet que chaque parcelle de l’Univers est susceptible de contenir au minimum «des traces» de harcèlement sexuel, un phénomène si répandu qu’il a souvent été décrit comme le «fondement» de la matière.

«On se rend compte aujourd’hui qu’en s’éloignant de la Terre pendant dix ans à une vitesse de 35 000 kilomètres/heure, il est possible de trouver un endroit complètement exempt de mains baladeuses ou de regard insistant non sollicité, a analysé un scientifique. Honnêtement, je ne croyais pas voir ça de mon vivant.»

Au moment de mettre en ligne, la comète portait plainte contre la sonde Rosetta pour harcèlement sexuel.


Inscrivez-vous!