Jour du souvenir

Un ancien soldat observe les politiciens actuels et se demande si son sacrifice en valait la peine

11 novembre 2014
souvenir
«J'écoutais un discours de Stephen Harper sur sa politique étrangère quand ça m'a frappé : est-ce qu'on s'est vraiment battus pour ça?» − Crédit image : Patrick Cardinal

Après quelques jours passés à suivre avec attention les débats à la Chambre des communes et à l’Assemblée nationale, un soldat qui a combattu en France en 1944 s’est ouvertement demandé aujourd’hui si son sacrifice et celui de ses compagnons d’armes en avaient valu la peine.

«J’écoutais un discours de Stephen Harper sur sa politique étrangère quand ça m’a frappé : est-ce qu’on s’est vraiment battus pour ça? s’est-il questionné. Jesus-fuckin-Christ.»

Le soldat a enchaîné en se demandant s’il n’aurait pas mieux valu tout compte fait, de laisser le Canada sombrer dans l’anarchie la plus totale au milieu du siècle dernier. «Heille, y’en a un [NDLR: un politicien] l’autre jour qui a dit que les enfants ne mourraient pas si les bibliothèques n’achetaient plus de livres! Sérieux!»

«Avoir su que je risquais ma vie pour que des carriéristes sans vision accaparent le pouvoir, je serais resté chez nous à écouter des radio-romans.»

Au moment de mettre en ligne, le soldat se battait avec le ministère des Anciens combattants pour obtenir la pension auquel il a droit.


Inscrivez-vous!