DÉMOCRATIE

Le paysage politique québécois bouleversé par le résultat des élections scolaires

3 novembre 2014
vote
Cet électeur a envoyé un signal clair au gouvernement hier. − Crédit image : Ahmed Abd El-Fatah

Un véritable séisme politique a secoué le Québec hier alors qu’une dizaine d’électeurs ont afflué en masse pour voter aux élections scolaires et envoyer un message clair de protestation au gouvernement.

«L’histoire du Québec vient de changer à jamais, a affirmé un politologue. À Villeray, l’audace d’une poignée de résidants ayant défait la conseillère sortante dont le nom m’échappe pour la remplacer par un homme dont le nom m’échappe aussi restera gravée dans les mémoires.»

«C’est ça, l’essence de la démocratie : un nombre pouvant être compté sur les doigts de la main choisissant des candidats un peu au hasard pour des postes bureaucratiques dénués de jeu partisan et somme toute peu pertinents, et qui changent du même coup la trajectoire du Québec moderne.»

Des proches du gouvernement québécois ont confirmé que les élections scolaires avaient ébranlé les colonnes du temple, et que tout allait devoir être revu, du Plan Nord aux compressions en éducation jusqu’à la réforme Barrette de la santé.

«On retourne à la table à dessin. On a beau avoir mis le cap solide sur l’austérité, en voyant les résultats des élections dans la Commission scolaire des navigateurs, force est de constater que les Québécois ont exprimé un projet de société clair, progressiste et visionnaire, et on doit écouter ça», a expliqué le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux.

Au moment de mettre en ligne, la CAQ entamait des procédures de dissolution, conséquence directe de la défaite de Marcus Peterson dans le district 12 de la commission scolaire anglophone de Montréal.


Inscrivez-vous!