Compressions

Un hôpital congédie tous ses employés sans affecter les services aux usagers

14 octobre 2014
hopital
Pas d'employés, pas de déficits : voilà le nouveau leitmotiv d'un hôpital québécois. − Crédit image : Contando Estrelas

Forcée de procéder à des compressions en raison de l’austérité budgétaire, la direction d’un hôpital québécois a annoncé ce matin qu’elle abolissait tous les postes de gestionnaires, de médecins, d’infirmières et de préposés de l’établissement, tout en promettant que ces départs ne nuiront pas à la qualité des services aux usagers.

«Bien qu’il soit difficile, cet exercice d’optimisation n’aura aucun impact sur les soins offerts aux patients, a affirmé le directeur général en arpentant les couloirs vides et silencieux de l’hôpital. Il s’agit simplement d’en faire plus avec moins.»

Le patron a dit comprendre les inquiétudes des employés et des bénéficiaires, mais a juré que les conséquences de cette mise à pied massive seront «à peine perceptibles».

«Je lance aujourd’hui un appel à la collaboration et à l’ouverture d’esprit, a-t-il indiqué en observant un accidenté de la route laissé à lui-même sur la civière du bloc opératoire. Ces nouvelles façons de travailler demanderont une période d’ajustement, mais d’ici quelques mois, tout sera rentré dans l’ordre.»

«Soyons créatifs et trouvons ensemble des façons de répondre aux besoins des citoyens sans systématiquement faire appel aux services de professionnels en santé», a dit le gestionnaire alors que l’écho des cris de patients désespérés voyageait dans les corridors désertés de l’unité des soins intensifs.

Au moment de mettre en ligne, le directeur général fouillait dans le porte-feuille d’une aînée abandonnée dans son lit et y volait 20 $.


Inscrivez-vous!