Éducation

Étude: le financement des universités n’a pas augmenté depuis le règne des Babyloniens au 15e siècle av. J-C

16 septembre 2014
kjh
Les frais de scolarité étaient moins élevés sous les Mérovingiens qu'au Québec, selon une étude. − Crédit image : Wikipédia

Une équipe d’économiste a dévoilé une étude ce matin selon laquelle en tenant compte de l’inflation, le financement alloué aux universités du Québec n’a pas augmenté depuis le couronnement du roi Hammurabi à la tête de la civilisation babylonienne il y a 3500 ans.

«Les chiffres ne mentent pas: proportionnellement au PIB, un esclave capturé lors de la conquête de l’Euphrate par les soldats du roi Hammurabi avait un meilleur accès aux études de cycles supérieurs qu’un candidat à la maitrise en études féministes de l’UQAM», ont conclu les chercheurs.

En incluant le coût de la vie dans leurs calculs, les économistes ont découvert que les subventions par élèves sont aujourd’hui moins grandes qu’à l’époque de la construction de la pyramide de Gizeh par les serviteurs du pharaon Khéops. «Nous avons été surpris par la qualité du cursus offert aux ouvriers de l’époque, qui se compare avantageusement à celui de McGill», ont-ils affirmé.

Au moment de mettre en ligne, une analyse fiscale concluait que le roi des Huns Ruga le Grand payait, toute proportion gardée, plus d’impôts sur le revenu qu’une multinationale installée au Québec.


Inscrivez-vous!