Féminisme

Les conservateurs fiers de leur ruse pour faire parler de Thérèse Casgrain

29 juillet 2014
Sans titre
«Je pense que cette stratégie fait de nous les vrais féministes dans ce dossier», a affirmé le ministre Maxime Bernier. − Crédit image : Paul VanDerWerf

L’abolition du prix Thérèse-Casgrain et sa disparition des billets de banque n’étaient en fait qu’un stratagème pour donner de la visibilité sur les réseaux sociaux aux enjeux de la condition féminine, a indiqué le gouvernement conservateur aujourd’hui.

«Bien des gens nous accusent d’effacer une féministe de l’histoire, mais ça faisait partie de notre plan depuis le début : sans nous, il y aurait eu cette semaine moins de textes sur Facebook portant sur Mme Casgrain que de quiz poches de type “Quelle princesse de Disney es-tu?”», s’est félicité le ministre Maxime Bernier.

«Je pense que cette stratégie fait de nous les vrais féministes dans ce dossier», a ajouté celui qui a récemment été pris en photo couvert de boue en tenant un cochon dans ses bras.

«D’ailleurs, peu de gens le savent, mais notre travail acharné à enlever toutes les protections environnementales fédérales est en fait un plan de communication pour sensibiliser les jeunes aux changements climatiques», a poursuivi celui qui s’est déjà fait filmer par la télé française en montrant l’endroit où il cache les clés de sa voiture.

«On pourrait bien entendu investir pour que les jeunes en apprennent plus sur Mme Casgrain ou sur nos écosystèmes, a reconnu le ministre beauceron. Mais ça coûterait des sous, tandis que tout saboter entraîne une campagne publicitaire gratis sur les réseaux sociaux. Le contribuable en a pour son argent et on a une discussion publique sur un sujet d’importance. Il me semble que c’est l’approche la plus efficace et la plus responsable.»

Au moment de mettre en ligne, le gouvernement de Stephen Harper envisageait d’abolir tout le financement fédéral à la culture, «afin de sensibiliser le public via Twitter de l’importance de nos artistes».


Inscrivez-vous!