Hockey

PK Subban exige dans son contrat de ne plus être décrit comme un joueur «flamboyant»

16 juillet 2014
pk
«Faites juste dire que je suis un excellent défenseur offensif, ça va être correct», aurait affirmé le numéro 76. − Crédit image : Lisa Gansky

Au-delà d’un salaire mirobolant et d’une entente à long terme, le défenseur du Canadien de Montréal PK Subban exige de la haute direction de l’équipe que le mot «flamboyant» ne soit plus jamais utilisé pour décrire sa personnalité ou son style de jeu, a appris Le Navet de sources au courant des négociations.

«J’en ai assez que les chroniqueurs de hockey blancs, âgés et souvent barbus utilisent cette épithète éculée pour me qualifier, aurait expliqué M. Subban à son agent. On va se dire les vraies affaires : si j’étais blanc, personne n’utiliserait ce qualificatif.»

L’athlète ontarien, qui vient de connaître une excellente saison pour une deuxième année consécutive, a affirmé que les termes «pur-sang», «diamant brut» et «coloré» n’étaient pas plus acceptables. «Faites juste dire que je suis un excellent défenseur offensif, ça va être correct», aurait affirmé le numéro 76.

Par ailleurs, le contrat de la LNH aurait une telle portée que les éditeurs des dictionnaires Larousse, Le Robert, le Multidictionnaire, Antidote et même le Grevisse devraient se plier aux exigences du fossoyeur des Bruins. «Le terme honni serait toutefois acceptable pour George Laraque, Dany Laferrière et Mohamed Ali», précise-t-on du côté de la direction.

Au moment de mettre en ligne, Réjean Tremblay rédigeait une scène torride entre un joueur de hockey des Antilles et une jeune journaliste d’un hebdo en ligne.


Inscrivez-vous!