Vie urbaine

Montréal installe des pics antibanlieusards à l’entrée des ponts

10 juin 2014
3
D’énormes pointes en acier trempé sont apparues pendant la nuit sur les ponts Jacques-Cartier, Victoria, Champlain et Honoré-Mercier. − Crédit image : Su-May

La Ville de Montréal a suscité l’ire de nombreux citoyens et groupes de pression ce matin en annonçant l’installation sur ses ponts de pics en métal censés empêcher les banlieusards d’entrer sur l’île.

D’énormes pointes en acier trempé sont en effet apparues mystérieusement pendant la nuit sur les ponts Jacques-Cartier, Victoria, Champlain et Honoré-Mercier, tandis que la chaussée du pont-tunnel était recouverte d’un tapis de clou. Des écriteaux expliquant comment se rendre au quartier Dix-30 ont aussi été posés dans le but avoué de détourner le flot incessant de banlieusards au centre-ville.

La nouvelle a enflammé les réseaux sociaux, plusieurs considérant ces obstacles comme une atteinte aux droits fondamentaux des banlieusards. «Malgré leur apparence, ces gens sont des humains, a dénoncé une femme. Je sais que leur comportement peut être dérangeant, surtout pendant la période estivale, mais ils font partie de la vie en ville.»

«Je crois qu’il faudrait plutôt s’attaquer aux causes profondes de l’exode en banlieue, et non à ses symptômes», a renchéri un homme.

Plusieurs spécialistes estiment d’ailleurs que ces mesures seront inefficaces. «Ce n’est pas parce qu’ils sont paresseux intellectuellement que les gens se retrouvent en banlieue : souvent, une hausse subite du prix de l’essence suffit à les faire fuir le centre-ville pour un terrain vague de Mirabel, a indiqué un professeur d’études urbaines de l’Université de Montréal. Certains ont également des problèmes de santé mentale ou de consommation.»

Au moment de mettre en ligne, des banlieusards se louaient un hélicoptère et atterrissaient dans le parc Lafontaine.


Inscrivez-vous!