ÉDITORIAL

1er avril : Le Navet déplore la prolifération de fausses nouvelles dans les médias

1 avril 2014
LDK1403 LENAVET001
Il n'est malheureusement plus possible de trouver une seule nouvelle crédible en ce jour. − Crédit image : Octavian Blenchea

Il y eut un temps où la journée du 1er avril était reservée aux blagues enfantines consistant pour la plupart à dessiner, découper puis coller un joli poisson de papier dans le dos d’une victime crédule.

Si tout se déroulait comme prévu, le vertébré aquatique demeurait solidement en place tout au long de la journée, déclenchant les gloussements hilares de tous ceux ayant le bonheur d’apercevoir ledit poisson – lequel était simultanément de papier (celui qui était collé) et de chair (celui qui était la victime inconsciente de la farce).

Il n’en est plus : les médias québécois ont désormais adopté la triste tradition consistant à publier en cette première journée d’avril une fausse nouvelle, dans le but avoué de berner leurs lecteurs.

Le Navet déplore avec vigueur la prolifération de ces nouvelles fantaisistes, inauthentiques et fabriquées de toutes pièces. Celles-ci minent la crédibilité de toute la profession journalistique et des institutions qui acceptent de les publier, et par ricochet, celle des médias sérieux dont nous sommes fiers de faire partie.

Un peu de rigueur!


Inscrivez-vous!