Élections

PKP devient actionnaire majoritaire de l’âme et de la conscience du PQ

9 mars 2014
Pierre Karl Peladeau,
Les célèbres chicanes internes de l'etrenprise et son service de lavage de linge sale en public resteront la propriété de la formation politique − Crédit image : Huffington Post Québec

Après des mois de jeux de coulisses, l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau a annoncé ce matin avoir réussi son offre d’achat sur l’âme et la conscience du Parti québécois.

«Puisque l’échéance électorale approche, j’ai pu mettre la main sur les valeurs intrinsèques de l’entreprise à très bon prix, s’est félicité l’homme d’affaire lors d’une conférence de presse en compagnie de la présidente du conseil d’administration Pauline Marois. Je suis persuadé qu’il s’agit d’un meilleur placement à long terme que les actions de leurs concurrents.»

La transaction permet à M. Péladeau de mettre la main sur l’âme, les valeurs ainsi que le peu de naïveté qui restait au Parti québécois. Les célèbres chicanes internes et son service de lavage de linge sale en public resteront toutefois la propriété de la formation politique. En retour, le magnat de la presse s’est engagé à donner au parti beaucoup de visibilité médiatique et une somme non-précisée de crédibilité économique.

Selon une clause ajoutée au contrat, M. Péladeau touchera, en cas de victoire électorale,une compensation équivalente à la moitié du pétrole d’Anticosti. L’homme d’affaires aura aussi un droit d’option prioritaire sur l’achat des terrains de l’île. «Je pourrai y installer la prochaine académie ou encore la salle de rédaction pour les cadres d’un de mes journaux en lock-out», a-t-il expliqué.

Questionné pour savoir s’il comptait mettre dehors l’actuelle présidente pour prendre lui-même les rênes de sa nouvelle propriété, le principal intéressé s’est montré peu loquace. «Les détails sont encore en train d’être peaufinés par nos avocats, mais pour le moment, Mme Marois a mon entière confiance pour la gestion de cette entreprise.»

Il est à noter que M. Péladeau aura la responsabilité personnelle de la région de St-Jérôme au sein de l’entreprise, une division qu’il compte renommer «Charles LaFortune–Vidéotron».

Au moment d’écrire ces lignes, le président d’un kiosque à limonade devenait actionnaire minoritaire d’Option nationale.


Inscrivez-vous!