Sotchi

Vincent Guzzo fustige Alexandre Bilodeau et lui dit de pratiquer un sport que le «vrai monde» aime

10 février 2014
Sans titre
«Le monde, y veulent pas se casser la tête à essayer de comprendre la méthode de calcul des scores d’un sport que personne comprend à part deux-trois spécialistes», a dit M. Guzzo. − Crédit image : Christie Digital

Quelques heures après la victoire historique d’Alexandre Bilodeau en ski acrobatique, l’homme d’affaires Vincent Guzzo a pris la parole dans les médias pour fustiger l’athlète, lui reprochant de dominer une discipline qui n’intéresse que les bien-pensants et lui demandant de pratiquer un sport que «le vrai monde» apprécie.

«Je suis bien content pour lui, mais remporter une médaille d’or aux bosses en Russie, ça ne rapporte pas d’argent, a critiqué M. Guzzo. Quand sa compétition va être présentée ailleurs dans le monde après les Olympiques, personne ne va aller la voir. Pour le simple contribuable qui a payé le camp d’entraînement de ce jeune homme, c’est frustrant!»

«Tsé, le monde, y veulent pas se casser la tête à essayer de comprendre la méthode de calcul des scores d’un sport que personne comprend à part deux-trois spécialistes, a poursuivi le propriétaire de cinémas en affirmant parler au nom des cinq millions de Québécois qui regardent du sport pour se divertir, et non s’éduquer. Y veulent voir du hockey, y veulent des mises en échec et y veulent Carey Price.»

Au moment de mettre en ligne, M. Guzzo piquait une sainte colère en apprenant que ses taxes avaient servies à payer l’entraînement d’un patineur longue piste.


Inscrivez-vous!