Prix unique du livre

Étude : les Québécois n’achèteraient pas plus de livres même si on les payait

12 décembre 2013
livre
L’étude a aussi confirmé que l’instauration d’une quelconque régulation sur le prix du livre neuf n’allait rien changer au fait que près de la moitié de la population québécoise est analphabète.

Une étude réalisée dans le cadre du débat sur le prix unique du livre révèle que les Québécois n’ont pas l’intention de commencer à lire dans un avenir prévisible et qu’ils refuseraient d’acheter des livres même s’ils étaient payés pour le faire.

«Ils pourraient me donner 20$ chaque fois que j’entre dans une librairie indépendante pour m’informer de la disponibilité du dernier Dany Laferrière que je m’en sacrerais quand même, a indiqué l’un des participants à l’étude. On m’offrirait 100, 200 ou 500 $ de l’heure pour lire un écrivain québécois que je dirais non. Ma qualité de vie est plus importante que l’argent, dans ce cas précis.»

L’étude a aussi confirmé que l’instauration d’une quelconque régulation sur le prix du livre neuf n’allait rien changer au fait que près de la moitié de la population québécoise est analphabète et qu’elle peine à comprendre le sens d’un article simple dans le journal. «Que le livre coûte 19,95 $ chez Costco ou 49,95 $ dans une librairie indépendante qui a été fondée en 1765 par Maisonneuve en personne, je ne l’achèterai pas anyway», a expliqué un participant.

Par ailleurs, le «manque de temps» arrive en troisième place des raisons citées par les Québécois pour ne pas lire, juste après «la téléréalité» et «Facebook».

«Regardez le nombre de téléséries disponibles, et vous verrez qu’il est impensable pour quelqu’un comme moi de prendre une demi-heure de plus le dimanche pour aller bouquiner à la librairie du coin, a affirmé un participant tandis qu’il fouillait dans la catégorie Dark Sci-Fi Fantasy with Dramatic Music sur Netflix. Et c’est sans compter les jeux de stratégie comme Le Banquier! Quand les beautés descendent les escaliers avec leurs valises, Victor Hugo prend le bord en sacrament.»

Au moment de mettre en ligne, les Québécois affirmaient aussi être plus attachés culturellement au feu de foyer diffusé sur Illico qu’à l’oeuvre de Gabrielle Roy.


Inscrivez-vous!