Scandale

Un Centrafricain fuyant le génocide publie une lettre misogyne pour être invité à Tout le monde en parle

4 décembre 2013
centrafrique
«On va se le dire tabarnak d’esti de câlice, la plupart des actrices sont cochonnes et vicieuses», a écrit l’homme. − Crédit image : International Center for Tropical Agriculture

Alors qu’un début de génocide se dessine en République centrafricaine, un homme dont la famille a été chassée de son village par les violences a décidé de publier une lettre grossière et mysogine sur son blogue dans le but avoué d’être invité à la populaire émission Tout le monde en parle et ainsi déclencher un débat au Québec sur la pertinence d’une intervention militaire occidentale dans son pays.

«On va se le dire tabarnak d’esti de câlice, la plupart des actrices sont cochonnes et vicieuses», a écrit sur internet l’homme qui pourrait être assassiné dans son sommeil par une milice rebelle tandis que les forces armées occidentales tergiversent sur la pertinence de sécuriser ou non son pays.

«Là ciboire, on va se dire les vraies affaires: l’égalité homme-femme est une lubie, criss», a-t-il ajouté dans cette lettre qu’il s’est empressé de retirer du web en prétendant avoir été «mal compris».

En entrevue au Navet, le Centrafricain a dit espérer que sa missive lui «permettrait d’être invité à un programme de variétés diffusée à heure de grande écoute» quelque part en Occident. «Je pourrais ploguer le fait que des millions de mes concitoyens sont en danger de mort à la toute fin de l’émission, pendant le générique, quand ils font un dernier tour de table», a-t-il expliqué.

Au moment de mettre en ligne, tout le monde s’interrogeait sur la pertinence d’inviter cet homme à TLMEP et absolument personne ne parlait de la guerre en Centrafrique.


Inscrivez-vous!