Droits télévisés

Les analystes de RDS passent tout un match à faire des remarques passives-agressives contre TVA

26 novembre 2013
hockey
Plusieurs flèches ont été lancées par les analyses de RDS, aujourd'hui. − Crédit image : Wikipédia

Visiblement sous le choc après avoir appris que TVA avait obtenu les droits de télédiffusion pour vingt-deux parties et l’ensemble des séries éliminatoires du Canadien, les analystes de RDS ont passé l’entièreté de la partie ce soir à envoyer des pointes acerbes et passives-agressives envers leurs nouveaux rivaux, a constaté Le Navet.

«Plekanec passe à Gionta qui tire au filet, et j’ai hâte de voir comment Yvon Pednault va vivre avec la pression», a commenté Pierre Houde en première période.

«Oh, quel arrêt de Price! a-t-il dit plus tard. Ma parole, je me demande bien s’il en fera d’aussi beaux quand le match sera diffusé chez la compétition. J’en doute!»

La diatribe s’est poursuivie à l’entracte. «Je jasais de ça avec Carey Price, et il me semble qu’en tant que société, on devrait lire plus de recueils de poèmes et regarder moins de matchs plates contre Columbus, a expliqué M. Houde. C’est bien beau de couvrir sa pointe en désavantage numérique, mais maudit, il y a des enjeux politiques et sociaux plus importants que ça, non?»

«Si j’étais un fan, je manquerais environ une partie sur quatre pour consacrer mes pensées à une autre activité», a-t-il indiqué.

Même la victoire du Tricolore n’a pas semblé redonner le sourire aux commentateurs. «Ben oui osti, le Canadien a gagné à soir, a maugréé Marc Denis. Y vont se faire éliminer en première ronde contre Boston anyway, je vois pas pourquoi on s’énerverait avec ça.»

Au moment de mettre en ligne, un Alain Crête résigné appelait Vidéotron pour s’abonner à TVA Sports.


Inscrivez-vous!