Politique municipale

“Je ne savais même pas que j’étais président du comité exécutif”, plaide Frank Zampino

23 avril 2013
mairie

Malmené par la commission Charbonneau, le témoin Frank Zampino a affirmé aujourd’hui qu’il ne “savait même pas” qu’il était jusqu’à 2008 président du comité exécutif de Montréal, ajoutant que ceux qui disent l’avoir vu siéger à ce poste sont “probablement des menteurs qui cherchent à se protéger”.

M. Zampino a commencé sa journée de témoignage en jurant qu’il n’a jamais fait de politique de sa vie, qu’il n’a jamais été maire de St-Léonard et qu’en fait, il ne s’appelait même pas Frank Zampino. “Mon nom est Charlotte Bouvier et je suis une jeune femme de 31 ans, a-t-il affirmé devant la juge Charbonneau. Je ne comprends vraiment pas pourquoi je suis ici, ainsi que pourquoi j’aurais été président du comité exécutif. Ceux qui disent ça sont des menteurs.”

Lorsque la procureure Sonia Lebel lui a montré un permis de conduire avec son nom et sa face dessus, M. Zampino a dévié la question: “Vous me dites que c’est un permis de conduire. Mais qu’est-ce qu’un permis de conduire, au fond? Une pièce de plastique avec de l’encre dessus? Avec tout le respect que je vous dois, ce n’est pas une preuve très forte.”

M. Zampino a ensuite passé le reste de la journée à hausser les épaules et à nier systématiquement ce qu’on lui disait. “Non, il ne fait pas soleil aujourd’hui, a-t-il affirmé lorsque quelqu’un a ouvert les rideaux pour dévoiler un ciel sans nuages. Vous n’êtes pas la juge Charbonneau, et ceci n’est pas une table. D’ailleurs, je me demande sur quoi je suis assis, puisqu’il n’y a aucune chaise sous moi.”

Confronté à une vidéo enregistrée par la police dans laquelle il dit à la caméra “Bonjour, je m’appelle Frank Zampino, président du comité exécutif, et je suis en train d’orchestrer un système de collusion à Montréal au profit de la mafia”, M. Zampino a levé les bras au ciel et a profondément soupiré. “No hablo frances, no hablo frances!”, a-t-il simplement dit.


Inscrivez-vous!