Agenda-setting

Le Navet victime d’une campagne de boycottage

22 avril 2013

Choquée par la couverture “biaisée, partisane et franchement désolante” du Navet, une citoyenne a décidé de lancer une campagne de boycottage contre le journal satirique.

“Je suis tannée de leur agenda caché, explique-t-elle. Ils doivent comprendre que je ne renouvellerai pas mon abonnement tant que cet activisme médiatique ne cessera pas”.

Cette femme reproche au Navet une couverture qu’elle juge “partielle et partiale” qui reflète plutôt les “vues rétrogrades des riches hommes d’affaires dont le Navet est le bras armé”. Elle est particulièrement outrée de constater les pauvres critères de rigueur journalistique de leurs scribes, eux qui “ne nomment jamais leurs maudites sources” et “passent la moitié de leur temps à parler d’inconnus sur Facebook”.

“Ils font clairement des choix éditoriaux dans leur couverture médiatique, c’est presque insultant pour leurs lecteurs, ajoute-t-elle. Pis voir qu’ils se font les porte-parole de Bashar Al-Assar et de Kim Jong-un!”

De plus, fait-elle remarquer, “c’est genre même pas vrai que Trudeau veut renommer l’aéroport Trudeau. Y’a quelqu’un au fact-check qui a pas fait sa job.”

Cette campagne de boycott a reçu l’appui de Christian Bégin : « Je ressens un malaise croissant  avec la ligne éditoriale choisie par le Navet. J’y trouve une manipulation pernicieuse de l’information et un travail de propagande inquiétant ».

Au moment de lancer les presses, le Navet n’avait pas répondu aux appels répétés du Navet.

-Note de l’éditeur: il faudrait y penser à deux fois avant de publier cet article.


Inscrivez-vous!