Affaires

Une famille monoparentale menace de quitter le Québec si ses tarifs électriques ne baissent pas

30 octobre 2013
famille

À la suite des menaces du géant de l’aluminium Alcoa, une famille monoparentale de la région de Montréal a à son tour averti le gouvernement québécois ce matin qu’elle compte plier bagage et déménager en Inde ou en Chine si ses tarifs d’électricité ne sont pas abaissés à un niveau qui lui «permettrait de demeurer compétitive», a appris Le Navet.

«Le monde des familles monoparentales est en constante évolution, et nous ne pouvons nous permettre de vivre dans l’incertitude causée par une fluctuation arbitraire des tarifs d’électricité, a affirmé la présidente du clan familial possédant quatre enfants et un chien. Ça nous brise le coeur de le dire, mais nous n’aurons d’autre choix que de plier bagage si le gouvernement québécois n’acquiesce pas à notre demande.»

La famille monoparentale a indiqué qu’elle était une «source de création de richesse depuis maintenant 19 ans dans la région» et qu’elle contribuait à générer «au moins 10 emplois» en comptant les dépenses en alimentation, en vêtements et en transports.

«Nous sommes ouverts à la négociation avec le gouvernement, même si le temps presse, a affirmé la mère. Si d’autres pâturages nous offrent un cadre réglementaire plus adapté à nos besoins, nous n’aurons pas le choix d’agir pour assurer la pérénnité de notre entreprise.»

Le syndicat des enfants de la famille s’est dit «inquiet» par la perspective de perdre leurs amis à l’école dans l’éventualité où Québec refusait d’abaisser les tarifs d’électricité. «On garde espoir, mais ça ne regarde pas bien», a avoué la petite Mathilde, 7 ans, qui tenait un nounours dans ses bras.

Au moment de mettre en ligne, le gouvernement refusait d’intervenir pour ne pas entraver la progression du libre-marché.


Inscrivez-vous!