Amitié

L’organisation d’un souper entre amis s’avère plus complexe que celle du G20

17 octobre 2013
resto

Ce qui devait être un simple souper entre amis s’est transformé en véritable cauchemar organisationnel digne d’une rencontre du G20 ces dernières semaines pour un groupe d’hommes et de femmes âgés dans la fin vingtaine qui ont consacré un total de 450 heures à débattre des différents paramètres de la rencontre, a appris Le Navet.

La controverse a d’abord éclaté quant au choix d’une date convenable pour tout le monde. D’abord prévu pour début janvier, le souper a été successivement remis à la fin du mois, puis en février et en avril au fur et à mesure que des participants invoquaient une activité familiale, un concert, des vacances ou un autre souper avec d’autres amis pour refuser les dates proposées.

Le choix du restaurant a aussi causé problème lorsque deux clans extrémistes – celui des amis allergique au gluten et celui des amateurs de viande saignante – se sont longuement affrontés sous le regard désespéré des modérés, qui ont finalement trouvé un compromis en proposant la foire alimentaire d’un centre d’achat en banlieue.

La rédaction du communiqué final fixant définitivement l’ensemble des conditions du repas – l’heure d’arrivée des convives, l’organisation des lifts, la présence ou non d’alcool à la table – a aussi été si problématique, selon nos sources, que trois participants au moins ont refusé d’y apposer leur signature.

Au moment de mettre en ligne, le quart des amis refusaient de participer à la traditionnelle prise de photo Facebook afin de dénoncer le choix de la table, qui est beaucoup trop proche de l’entrée principale à leur goût.


Inscrivez-vous!