Littérature

Bernard Drainville lauréat du Nobel de littérature pour le brûlot « Charte des valeurs québécoises »

10 octobre 2013
Sans-titre-10

Soulignant la «profonde réflexion» et les «débats sérieux» qui en ont émané, le jury du prix Nobel a de la littérature a accordé ce matin la prestigieuse récompense à l’auteur québécois Bernard Drainville pour son oeuvre Charte des valeurs québécoises, un roman de science-fiction à la fois burlesque et provocant.

L’oeuvre raconte l’histoire d’une nation assiégée par des hordes de signes religieux ostentatoires et qui tente tant bien que mal de protéger sa culture et l’égalité hommes-femmes. «M. Drainville a provoqué une discussion aux proportions absolument admirables dans sa province, a noté le jury. Ce n’est pas tous les jours qu’un tel brûlot parvient à faire ressortir le meilleur de l’intellectualité d’un peuple.»

M. Drainville a par ailleurs refusé d’aller accepter son prix à Stockholm, puisque la Suède permet le port de symboles religieux dans sa fonction publique, une «hérésie» selon lui. «J’avoue quand même que ça aurait été bien de mettre le million de dollars sur la dette du Québec», a-t-il toutefois admis.

Au moment de mettre en ligne, le gouvernement du Québec s’opposait à l’attribution du Nobel de physique aux chercheurs ayant postulé l’existence d’une «particule de Dieu» qui expliquerait l’origine de la masse des particules subatomiques. «On retrouve des atomes partout dans l’appareil d’État, nous a-t-on dit. Par soucis de neutralité, il vaudrait mieux garder la religion en dehors de la physique théorique.»


Inscrivez-vous!