Radio

Exténué, un pilier des lignes ouvertes radiophoniques admet ne plus avoir la force de continuer

27 septembre 2013
Crédit image : Martin PM

C’est le cœur serré que s’est confessé au Navet ce matin un pilier des lignes ouvertes à la radio dont le rôle consiste à expliquer à ses concitoyens ce qui ne fonctionne pas avec notre société et quel est le chemin à suivre pour parvenir à un idéal démocratique.

L’homme, qui se considère comme un «héros de l’ombre» et qui est vu par plusieurs comme le meilleur commentateur de fin de soirée, tenait à «briser la loi du silence» qui règne selon lui sur ce «milieu difficile où derrière le micro, il y a des humains ben fatigués».

«En tant que participant aux lignes ouvertes, j’ai une responsabilité envers le public que le citoyen normal n’a pas, dit celui qui s’est d’abord fait un nom chez Jacques Fabi avant de passer à Ici Radio-Canada Première il y a quelques semaines. J’ai un devoir d’informer, de guider, de contre-vérifier mes informations. Ça peut devenir stressant, surtout que je ne suis pas rémunéré pour mes services.»

L’homme ne nie pas que son rôle peut être intéressant. «Au début, la mère de ma blonde répétait tout le temps que j’étais un incapable pis que ça allait pas faire des enfants forts, a indiqué la voix criarde et décousue des ondes hertiziennes. Mais depuis que j’ai chiâlé contre les pauvres à radio, j’suis rendu sur le testament pis mon beau-père m’a fait creuser une piscine.»

Mais ce citoyen a vite découvert le côté moins lustré de la médaille. «On a beaucoup d’influence dans la société, mais ça vient avec de grosses responsabilités. On doit se prononcer sur les syndicats, les maudits carrés rouges, Amir Khadir, le prix de l’essence, la Charte des valeurs… et je vais vous dire quelque chose : c’est pas toujours facile de simplifier de grands enjeux tout en restant parfaitement cohérent.»

Au moment de mettre en ligne, ce mandarin des ondes s’apprêtait à s’attaquer à la délicate question du vélo, un moyen de transport selon lui réservé «aux sycophantes et aux produits de l’inceste».


Inscrivez-vous!