Faits divers

En ville sans ma voiture : la police cherche à entreposer les 300 000 autos confisquées

20 septembre 2013
voiture

Bien qu’elle se dise «satisfaite» du déroulement de l’opération policière «En ville sans ma voiture», le SPVM a admis cet après-midi avoir besoin de l’aide du public afin d’entreposer les quelque 300 000 véhicules confisqués aux citoyens récalcitrants.

«On ne pensait pas qu’il y aurait autant de délinquants qui prendraient le risque de venir au centre-ville en voiture, a admis un officier. C’est dommage, mais il a fallu sévir, et là, on est un peu pognés avec tous ces chars saisis pour 30 jours…»

Comme chaque année, des centaines de milliers de personnes ont en effet refusé d’obéir à la loi les obligeant à utiliser le transport en commun, la marche ou le vélo pour se rendre au travail en cette journée spéciale. Or, après avoir été «tolérants» jusqu’ici, les autorités ont décidé de sévir et de saisir sur-le-champ la voiture de toute personne surprise en train de circuler sur une voie publique.

«L’idée de base était bonne, sauf qu’on se retrouve avec un manque criant de stationnement et de fourrières municipales pour garer tous ces bolides, a indiqué un haut gradé de la police. On a commencé à jeter quelques vieilles voitures dans le fleuve pour faire de l’espace, mais on ne pourra pas continuer longtemps comme ça.»

Au moment de mettre en ligne, les policiers fermaient les 65 stations du métro pour y entreposer les voitures confisquées.


Inscrivez-vous!