Déficit zéro

Le président du Conseil du Trésor admet qu’il ne reste que dix pièces d’or dans le coffre

4 septembre 2013
tresor

Les temps sont durs et la marge fiscale du Québec est plus serrée que ne voudrait l’admettre le gouvernement Marois, qui peine à atteindre le déficit zéro.

Pressé de questions par un journaliste du Navet, le président du Conseil du Trésor Stéphane Bédard a finalement concédé aujourd’hui qu’il ne restait que cinq rubis, deux émeraudes, une épée longue +2, un parchemin de réjuvénation et dix pièces d’or dans le fameux coffre contenant la richesse de la nation québécoise.

«Le butin national n’est plus très élevé, a admis M. Bédard. Nos récentes quêtes dans des donjons fiscaux inexplorés n’ont pas ramené autant de pierres précieuses que nous l’aurions espéré, mais nous ne perdons pas espoir pour autant.»

Ce pavé dans la mare survient alors que le PQ tente, un an après son élection, de redonner un nouveau souffle à son gouvernement minoritaire en lançant la Charte des Valeureux, un parchemin qui vise à mieux encadrer les accommodements demandés par les gobelins et les orques au sein de la société québécoise.

Il y a de ça maintes et maintes années, les chevaliers Bouchard et Taylor avaient pris sur leurs épaules de consulter les différents fiefs québécois pour obtenir leur opinion sur le sujet. Ce mystérieux document, dont certains prétendent qu’il existe toujours, serait gardée dans une forteresse protégée par des dragons.

Au moment de mettre en ligne, M. Bédard espérait que la capture d’un dragon par les elfes de Revenu Québec lui permette bientôt de renflouer assez les coffres pour acheter «au moins dix potions d’invisibilité».


Inscrivez-vous!