Alimentation

Une pétition force Monsanto à se dissoudre et à distribuer son argent aux fermiers africains

26 août 2013
monsanto

Indiquant que le libellé d’une pétition en ligne lui avait ouvert les yeux et ne lui laissait aucun autre choix, le président du géant agroalimentaire Monsanto a annoncé ce matin qu’il ordonnerait sous peu le démantèlement de son entreprise et la distribution de son capital aux fermiers africains.

L’annonce est survenue peu après qu’une pétition sur le site Change.org ait atteint le nombre magique de 10 000 signatures. «Que vaut un rendement annuel de 13% et des centaines de milliards en capitalisation boursière si les internautes n’approuvent pas nos actions, je vous le demande?» s’est ouvertement questionné le chef de l’entreprise.

«La vision de ces dizaines de milliers d’avatars Facebook qui ont pris la peine de consacrer quatre secondes de leur temps pour parapher un texte militant écrit anonymement m’a fait comprendre que sans l’appui du public, Monsanto n’est rien, a poursuivi l’homme d’affaires. Disons que ça nous a donné une bonne dose d’humilité.»

Manifestement sous le choc, le président a aussi admis que son entreprise inventait depuis des années des produits ultratoxiques dont l’unique objectif est de tuer le plus d’humains possible et d’assujettir les survivants à la botte du libéralisme économique. «À rebours, ce n’était peut-être pas une si bonne idée que ça, a-t-il indiqué. Mais bon, que celui qui n’a jamais péché me lance le premier grain de maïs transgénique, comme dit l’Évangile.»

Au moment de mettre en ligne, le président russe Vladimir Poutine proclamait la légalité du mariage gai en Russie après avoir appris que le bar montréalais Le Stud boycottait la vodka de son pays.


Inscrivez-vous!