Télévision

La Commission Charbonneau renouvelée pour une 2e saison

3 janvier 2013
charbonneau

Citant des cotes d’écoute record, Radio-Canada a annoncé ce matin le renouvellement de la populaire série La Commission Charbonneau.

«Les Québécois sont clairement tombés en amour avec les magouilleurs, bandits et petits mécréants de La Commission Charbonneau, a expliqué la station par voie de communiqué. Nous sommes heureux d’annoncer qu’une nouvelle bande de crosseurs endimanchés viendront égayer les contribuables de la province dès janvier.»

Le communiqué laisse aussi sous-entendre qu’une importante figure publique ferait son apparition le temps de quelques épisodes. «Qui sait? Peut-être qu’un certain ancien premier ministre viendra y faire son tour…» y lit-on.

Depuis son apparition sur les ondes, La Commission Charbonneau est un succès critique, populaire et financier. Après trois longues années de développement marquées par le cafouillage et la mauvaise gestion la plus élémentaire, les producteurs ont enfin donné le feu vert pour le tournage au début de l’année et depuis, le succès est au rendez-vous.

La plupart des critiques et observateurs s’entendent déjà pour dire que Jacques Poitier, qui campe le rôle de l’entrepreneur repentant Lino Zambito, mettra la main sur le prochain Gémeau du meilleur acteur. «La composition de ce personnage, à la fois franche mais nuancée, est admirable, nous a expliqué une source. Les gens le détestent parce que c’est un crosseur, mais ils éprouvent aussi de la pitié. Vraiment, Jacques Poitier a trouvé le rôle de sa vie.»

Il est par contre beaucoup moins sûr que Elizabetha Hilton (la commissaire Charbonneau) obtienne pareil honneur pour le rôle-titre. «C’est moins facile pour elle, parce qu’elle est moins télégénique», nous a-t-on confié.

Plantée dans le Québec contemporain et adoptant le ton du thriller politique, la série raconte la quête de vérité d’une procureure aux méthodes peu orthodoxes chargée de faire le ménage dans l’industrie de la construction. L’action est entrecoupée de commentaires formulés par des analystes, dans une sorte de deuxième degré qui a souvent été qualifié de «formidable» par Catherine Perrin.

Le dernier épisode de la première saison a laissé l’intrigue en suspens, avec une mystérieuse référence à un certain club privé où se rencontreraient les antagonistes de la série.

Cette finale ouverte en a laissé plus d’un dubitatif, amenant les producteurs à tenter quelque chose de fort original, soit briser le quatrième mur. Dans un épilogue de quelques minutes à peine, la procureure s’est adressée directement aux spectateurs réunis à la maison, leur demandant d’être patient, et promettant que l’attente en vaudrait la peine. «Vos doléances ont été entendues», a-t-elle conclu.


Inscrivez-vous!