Société

Émeute à Blainville: l’Égypte offre son soutien à la jeunesse opprimée de la banlieue

19 août 2013
blainville

À la suite de l’émeute d’émancipation menée par la jeunesse opprimée de Blainville ce week-end, les multiples factions de l’Égypte en crise ont observé un cessez-le-feu cet après-midi afin d’offrir un soutien sans équivoque à la lutte des banlieusards québécois pour une véritable démocratie et davantage de ladies night au bar L’Évazion.

«La marche des ados blainvillois contre la tyrannie municipale et pour la fin des covers dans les bars a de quoi nous inspirer, ont indiqué les citoyens du pays plongé dans un chaos ayant coûté la vie à plusieurs centaines de personnes en une semaine. Tant que cette jeunesse revendicatrice et hautement articulée ne sera pas libérée du joug sanguinaire de leur conseil de ville, nous serons à ses côtés.»

Par ailleurs, l’origine de la colère des émeutiers de Blainville en fête s’est précisée hier. Selon des sources bien au fait du dossier, les activistes ont en effet organisé un «Samedi de la colère» pour exiger «l’adoption d’une résolution non contraignante sur la modification des tarifs d’impôts fonciers en zone commerciale, pis fuck la police tabarnak, ACAB!».

Toujours selon nos informations, c’est la chanson Hawaïenne qui a été l’élément déclencheur des violences. «Tout ce qui ne fonctionne pas ici est dans cette toune: la corruption, la collusion, l’injustice, l’interdiction de boire de l’alcool au volant, a énuméré un manifestant en entrevue au Navet. Disons que des années de frustration ont été évacuées ce soir-là.»

Au moment de mettre en ligne, le réalisateur Harmony Korine s’apprêtait à débarquer à Blainville pour y tourner quelques scènes de la suite de Spring Breakers.


Inscrivez-vous!