Catastrophe ferroviaire

Lac-Mégantic se place sous la protection de la Loi contre le capitalisme sauvage

8 août 2013
palais

La Cour supérieure du Québec a accepté cet après-midi de placer la ville de Lac-Mégantic sous la protection de la Loi contre le capitalisme sauvage, une mesure qui permettra aux citoyens de vivre dignement sans avoir à payer le prix du développement industriel et de la dérèglementation du transport ferroviaire.

«Il apparait évident au Tribunal que la ville et les gens qui y habitent doivent pouvoir jouir de leur existence en toute quiétude sans avoir à se battre contre un système duquel ils ne retirent aucun bénéfice tout en assumant la majorité des risques, a noté le juge. Par conséquent, le capitalisme sauvage y sera désormais interdit.»

L’adoption de cette mesure exceptionnelle a été rendue nécessaire par l’attitude arrogante et méprisante de l’entreprise MMA, elle qui «n’avait pas les moyens d’assumer pleinement les conséquences de sa recherche du profit à tout prix», a aussi noté le magistrat.

«C’est le fun de voir que le droit québécois permet aux villes de se protéger des catastrophes rendues inévitables par la course aux bénéfices trimestriels, et que les compagnies sont forcées de prendre leurs responsabilités, a commenté un citoyen. C’est pas comme si on permettait aux holdings et aux actionnaires de se soustraire de leurs obligations simplement parce qu’ils disent ne plus avoir d’argent, hein!»

Au moment de mettre en ligne, le capitalisme sauvage cherchait de nouvelles villes pour «créer et redistribuer» de la richesse.


Inscrivez-vous!