Acquisition majeure

La pétrolière Transcanada achète le ministère fédéral de l’Environnement

1 août 2013
transcanada

Commotion ce matin dans le secteur de l’énergie: le géant pétrolier Transcanada a annoncé qu’il irait de l’avant avec son projet d’achat du ministère fédéral de l’Environnement pour la somme de 2 milliards de dollars, une acquisition qui lui permettra de devenir le numéro un mondial de la pollution, selon des analystes.

Grâce à cette acquisition, Transcanada pourra évaluer elle-même la portée écologique de ses projets en désignant ses propres employés en tant qu’inspecteurs. Elle aura également le loisir de présenter des mémoires et des avis d’experts devant un organe de réglementation dirigé par son président.

La ministre conservatrice Leona Aglukkaq a justifié la vente par «les résultats économiques décevants» de son département. «Écoutez, ça fait des années que ce ministère est déficitaire, a-t-elle expliqué. Et on ne se racontera pas de menteries: à part énerver deux-trois écologistes une fois de temps en temps, l’utilité d’un tel organisme au niveau fédéral est discutable, spécialement depuis que nous sommes au pouvoir. L’heure est à la rationalisation.»

Du côté de Transcanada, la haute direction se félicitait de cette acquisition majeure. «Nous avons confiance que l’expertise et le savoir-faire du ministère de l’Environnement nous permettront d’accélérer plusieurs projets importants, notamment en bafouant toutes les règles les plus élémentaires de bonne conduite et en réalisant des projets sans consulter la population qui subira les conséquences en cas de catastrophe», s’est-on réjoui.

Au moment de mettre en ligne, Quebecor faisait l’acquisition du CRTC, SNC-Lavallin prenait une part majoritaire dans le ministère des Transports, et l’Église de Jésus-Christ des Saints des  Derniers Jours devenait présidente du Comité permanent des sciences et de la technologie de la Chambre des communes.


Inscrivez-vous!