Écœuré de payer

Un baby-boomer endetté à 167% de son revenu annuel juge que l’État vit au-dessus de ses moyens

24 juillet 2013
boomer

Après avoir lu une chronique dans un journal, un baby-boomer qui a accumulé des dettes de consommation équivalentes à 167% de son revenu annuel brut s’est dit convaincu hier que l’État québécois est une «entité dépensière et incapable de vivre selon ses moyens», a appris Le Navet.

«Le gouvernement est devenu accro à la dépense inutile!» a critiqué celui qui s’est récemment acheté un seadoo en étalant ses paiements sur 15 ans.

Répétant presque mot pour mot les arguments émis dans la chronique, celui qui n’a jamais économisé le moindre cent pour sa retraite s’est indigné de «la vision à court terme» des politiciens. «Ils ne se préoccupent que de leur petit nombril, en dépit de la situation financière catastrophique des finances publiques», a affirmé avec conviction le propriétaire de trois voitures financées à 19,9% d’intérêts.

«L’État se paie pleins de programmes sociaux que personne n’utilise pour engraisser la fonction publique, puis il refile la facture aux cochons payants que sont devenus les payeurs de taxes, a analysé celui qui a une piscine creusée flambant neuve dans sa cour arrière malgré la présence d’une installation municipale similaire à cinq cent mètres de son domicile. On en a assez de se faire presser le citron jusqu’à la dernière goutte!»

Au moment de mettre en ligne, l’homme indiquait qu’à son avis, le meilleur moyen pour l’État de rembourser rapidement sa dette était de baisser les impôts et les taxes de tout le monde.


Inscrivez-vous!