Grossesses royales

Syrie: une femme enceinte adoubée du titre de «Princesse» par des rebelles en quête d’attention médiatique

23 juillet 2013
princesse

Dans le but avoué d’attirer l’attention des journalistes internationaux sur le conflit qui déchire leur pays depuis deux ans, la rébellion syrienne a annoncé en grande pompe cet après-midi l’adoubement d’une femme enceinte de neuf mois en tant que «Princesse» de leur nation.

La femme – dont le mari a été emprisonné, torturé puis exécuté par les sbires de Bachar el-Assad sous prétexte qu’il avait aidé la rébellion – a été couronnée dans les décombres d’une mosquée d’un quartier populaire d’Alep lors d’une cérémonie tenue entre deux bombardements de l’armée loyaliste.

«On l’avoue bien humblement: notre rébellion face à un tyran sanguinaire et sans pitié n’est pas assez glamour pour rivaliser avec la naissance d’un bébé qui n’aura jamais aucun pouvoir réel sur son peuple, a admis un porte-parole du mouvement contestataire. Quand on y pense, c’était un peu con de notre part de penser que la simple lutte armée d’une nation cherchant à retrouver sa liberté pourrait faire la première page de tous les journaux de l’Occident.»

«C’est notre faute, s’est-il excusé. Sorry

La nouvelle tête couronnée devrait accoucher d’ici «une ou deux semaines», a promis le porte-parole. «Gênez-vous pas pour venir camper devant sa maison afin d’informer vos lecteurs de la progression de sa grossesse, a-t-il dit à l’intention des journalistes. Qui sait, peut-être trouverez-vous en même temps un bon angle d’article pour parler des dizaines de milliers de personnes massacrées par les forces du régime depuis vingt-quatre mois? Je dis ça de même.»

Au moment de mettre en ligne, la naissance imminente du bébé royal syrien était soulignée par une salve de 12 coups de canon qui allait réduire en cendres un hôpital, une école primaire et un quartier résidentiel contrôlé par les rebelles.


Inscrivez-vous!