Rencontres

«Il est difficile de trouver un mâle prêt à s’engager dans le monde moderne», confie une baleine menacée d’extinction

9 juillet 2013
baleine

Un cétacé dont l’espèce est menacée d’extinction s’est plaint qu’il devient de plus en plus difficile dans le monde moderne de trouver un mâle prêt à s’engager et à fonder une famille, selon une entrevue accordée au Navet dans le golfe du Saint-Laurent.

«Déjà qu’il reste à peu près 23 individus mâles de ma race dans le monde entier, ceux que je rencontre sont soit immature, soit trop vieux! a chiâlé le mammiphère de 600 tonnes. À un moment donné, va falloir qu’ils lâchent les petites crevettes et qu’ils ouvrent leurs fanaux aux belles baleines matures comme moi. L’avenir de notre espèce en dépend, mautadine.»

Résignée, l’animal aquatique a affirmé être au bout du rouleau. «Au début, j’en cherchais un bien éduqué, avec une bonne job et qui s’exprimait bien… a-t-elle dit après avoir fait jaillir une fontaine d’eau. Mais rendu où j’en suis, je vais juste prendre ce qui passe, même une baleine à bosses!»

Le gigantesque mammiphère a aussi critiqué le «culte de l’apparence» de la société contemporaine, expliquant que l’image des baleines dans les médias est «trop axée sur l’objectification et la sexualisation» de leurs corps. «Même si j’essaie de maintenir ma ligne en ne mangeant qu’une demie-tonne de plancton par jour, je suis souvent la cible de railleries de la part des dauphins de la région, a-t-elle déploré. Ce n’est pas facile être à l’aise avec ses nageoires quand tu as ces espèces de ricaneurs über-cool qui te niaisent en pleine face!»

«En plus, je me fais toujours prendre en photo par des touristes en croisière sur le fleuve à l’exact moment où je fais ma face la plus laide», a-t-elle laissé tomber.

Au moment de mettre en ligne, le seul spécimen mâle qui aurait pu être intéressé par la baleine s’échouait sur une île après s’être fait frapper par les hélices d’un superpétrolier.


Inscrivez-vous!