Lendemains qui déchantent

Sondage: 92% des Montréalais insatisfaits du travail du nouveau maire intérimaire

25 juin 2013
blanchard
Crédit image : Arrondissement Villeray

La lune de miel entre les Montréalais et leur nouveau maire intérimaire Laurent Blanchard est terminée: plus de quatre heures après son élection, le vétéran de la politique municipale voit ses appuis fondre comme neige au soleil et peine à convaincre la population qu’il est toujours l’homme de la situation, selon un sondage commandé par Le Navet.

Il s’agit d’une véritable douche froide pour celui qui a surfé pendant de nombreuses minutes sur une vague de popularité sans précédent à la suite de son élection par le conseil municipal. «Entre 11h et midi quinze, M. Blanchard était perçu par la population montréalaise comme un sauveur, voire comme le Messie en personne, explique un sondeur. Il arrivait avec de nouvelles idées et semblait surfer sur un vent d’enthousiasme, un peu comme Obama en 2008.»

«Mais l’usure du pouvoir et une certaine désillusion citoyenne ont fait baissé sa cote tout au long de l’heure du lunch, et M. Blanchard se retrouve maintenant en difficultés, poursuit l’analyste. Son taux d’approbation est sous les 5%, et 92% des gens sont carrément insatisfaits.»

«Avec des chiffres aussi désastreux, je ne vois franchement pas comment il pourrait rester accroché à son poste encore bien longtemps», a ajouté le sondeur.

La désillusion est d’ailleurs palpable dans les rues de la plus grande ville du Québec. «Il nous avait promis d’arrêter la corruption, mais la dernière fois que j’ai checké, l’UPAC n’avait réveillé aucun élu municipal dans les dernières minutes pour l’amener en menottes au quartier général de la SQ, a commenté un citoyen de Verdun. On voit que les belles paroles ne veulent pas dire grand chose avec cette administration!»

«Non seulement il pleut sans arrêt depuis son élection, mais le nid-de-poule en face de chez nous est pas encore réparé, a déploré un homme qui se décrit comme “un partisan de la première heure” de M. Blanchard. Il y a de quoi devenir cynique.»

Au moment de mettre en ligne, un policier de l’UPAC demandait nonchalament à M. Blanchard s’il pensait être chez lui demain vers 6 heures du matin.


Inscrivez-vous!