Vire-capot

Le député Claude Patry passe aux libéraux, revient au Bloc, puis devient ministre conservateur

24 mars 2013
patry
«J'ai toujours dit que M. Harper était le seul à pouvoir remettre l'économie sur les rails.»

Le député fédéral de Jonquière-Alma Claude Patry, élu sous la bannière du NPD avant de passer au Bloc québécois il y a quelques semaines, a accepté hier matin de changer d’allégeance au profit du Parti libéral, avant de revenir dans le giron bloquiste sur l’heure du dîner, puis de faire son entrée dans le cabinet conservateur avant l’apéro, a appris Le Navet.

Citant «de profondes convictions», M. Patry a entamé sa journée en convoquant la presse régionale à son bureau de circonscription. «J’ai bien pensé à mon affaire, pis au fond, je suis un libéral convaincu, a dit celui qui a passé la dernière campagne électorale à dénigrer les « vieux partis ». J’annonce donc que je deviens dès maintenant membre du Parti libéral du Canada.»

Après le dîner, toutefois, M. Patry a de nouveau convoqué les médias pour leur annoncer qu’après «une mûre réflexion», il revenait au Bloc québécois. «Je lisais mon journal entre deux hot-dogs, et tout est apparu clairement devant moi: je dois défendre les intérêts du Québec, ce que les libéraux sont incapables de faire», a dit l’éminent intellectuel dont l’esprit politique aiguisé fait l’envie de tous sur la colline parlementaire.

Le néo-démocrate viré bloquiste viré libéral viré bloquiste a ensuite annoncé sur Twitter qu’il aurait une «nouvelle de la plus haute importante» à communiquer après le repas du soir. Vers 18h, il a en effet publié un communiqué de presse indiquant que «l’éthique et le sens moral les plus élémentaires» l’obligeaient à accepter un poste de ministre au sein du gouvernement conservateur. «J’ai toujours dit que M. Harper était le seul à pouvoir remettre l’économie sur les rails», a-t-il martelé en jurant que cette nouvelle volte-face était «ce que veulent les électeurs de Jonquière-Alma».

Au moment de mettre en ligne, M. Patry laissait planer le mystère quant aux rumeurs voulant qu’il songe à quitter le Parti conservateur pour se joindre aux forces de l’Union chrétienne progressiste conservatrice, un parti ayant récolté 12 votes aux dernières élections. «C’est clairement le choix numéro un de mes concitoyens», a simplement commenté le transfuge.


Inscrivez-vous!