Humour

Les Olivier : Radio-Canada dévoile une liste de 15 mots autorisés pendant les sketchs

14 mai 2016
image
"L'idéal serait que le gala se déroule en silence et qu'aucun mot ne soit prononcé, mais nous sommes prêts à faire notre bout de chemin", précise le diffuseur.

Accusée de censure à la veille du gala Les Olivier, la direction de Radio-Canada s’est vigoureusement défendue ce matin en dévoilant publiquement une liste « exhaustive » de 15 mots pré-approuvés que les humoristes pourront utiliser pendant leurs sketchs et remerciements.

« Nous allons généreusement permettre aux artistes de choisir eux-mêmes les mots qu’ils préfèrent parmi les quinze sélectionnés par nos avocats, ce qui prouve que nous avons à coeur la protection de la liberté d’expression », a expliqué la société d’État par voie de communiqué.

La liste, qui a été révisée pendant six mois par quatre cabinets de juristes, inclut les mots « merci », « bonheur », « joie », « content », « heureux », « homogène » et « consensuel ». Le document ajoute toutefois qu’un humoriste qui voudrait affirmer « Merci pour ce bonheur » devra avertir le diffuseur à l’avance afin « d’éviter toute ambïguité ».

« L’idéal serait que le gala se déroule en silence et qu’aucun mot ne soit prononcé, mais nous sommes prêts à faire notre bout de chemin », précise le diffuseur.

Au moment de mettre en ligne, Radio-Canada changeait le nom du gala pour ne pas déplaire aux gens qui s’appellent Olivier.


Inscrivez-vous!
Actualités carcérales

Nathalie Normandeau élue vice-présidente du comité des détenues de la prison de Québec

17 mars 2016
n-NATHALIE-NORMANDEAU-large570
Crédit image : Image tirée d'une vidéo

L’ancienne ministre Nathalie Normandeau a fièrement annoncé ce matin qu’elle venait d’être élue au poste de vice-présidente du comité des détenues de la prison de Québec, présentant cette « nouvelle étape » de sa carrière comme une occasion de consolider son héritage politique.

Mme Normandeau était visiblement émue par la confiance témoignée par ses semblables. «Voleuses, arnaqueuses et criminelles du Québec, vous pouvez compter sur mon honnêteté et mon intégrité», a juré celle qui a jadis occupé le poste de vice-première ministre de la province.

Mme Normandeau a expliqué avoir gagné l’élection carcérale en promettant aux travailleurs de la cantine une commission de 3% sur les contrats de patates pilées, en plus de garantir à chaque prisonnière la livraison d’un bouquet de roses à la date-anniversaire de son arrestation. «Et une paire de billets pour un show Céline à celles qui ont une sentence supérieure à deux ans!» a-t-elle ajouté.

Au moment de mettre en ligne, Mme Normandeau décrochait un contrat d’animatrice à l’émission matinale de Radio-Barreaux.




Le Noël du Navet

Un homme fait ses adieux à sa famille, enfile une armure de métal et se lance à l’assaut du Carrefour Laval

23 décembre 2015
jlkjlkl
«Mes enfants, promettez-moi de me venger si je ne reviens pas vivant», a ajouté le guerrier en pensant à toutes les scènes d’horreur et de chaos qui l’attendait devant les caisses enregistreuses du magasin Simons. − Crédit image : Spencer Wright

Des larmes ruisselants sur ses joues, un courageux père de famille a embrassé sa femme et ses enfants ce matin avant d’enfiler une cotte de maille, un casque métallique et des cuissards en fer forgé pour se lancer dans la plus dangereuse mission de sa vie : se rendre au Carrefour Laval et acheter des cadeaux de Noël.

«Un terrible combat m’attend, mais c’est mon devoir de le faire, a prophétisé l’homme en songeant aux atrocités qu’il allait devoir affronter dans le stationnement du célèbre centre d’achat. Que la providence veille sur vous tandis que je vais à la rencontre de mon destin.»

L’homme a aussi pris le temps de faire une prière avec sa famille afin d’implorer les dieux de lui épargner les terribles blessures qui sont habituellement le lot des consommateurs se risquant à faire leurs achats des Fêtes le 23 décembre.

«Mes enfants, promettez-moi de me venger si je ne reviens pas vivant», a ajouté le guerrier en pensant à toutes les scènes d’horreur et de chaos qui l’attendait devant les caisses enregistreuses du magasin Simons.

Au moment de mettre en ligne, l’homme enfourchait son destrier – une Sonata 2010 quatre portes de couleur marron -, appuyait sur l’accélérateur et brandissait le poing en hurlant : «Pour la libertééé!!!»